Jan Brzechwa "Sur l'étal"

Jan Brzechwa "Sur l'étal"

Sur un étal le jour du marché
Telles sont les conversations que vous entendez:

Peut-être que tu peux t'appuyer sur moi,
Le Seigneur s'estompe tellement, panie koprze.

"Eh bien, pas étonnant, ma ciboulette,
je suis là depuis mardi!"

Rzecze na à kalarepka:
„Spójrz na rze­pę – ta jest krzep­ka!"

Groch po brzusz­ku rze­pę kle­pie:
"Comment vas-tu, rzepo? Coraz lepiej?"

„Dzięki, dzięki, panie grochu,
Ja­koś żyje się po tro­chu.

Lecz pie­trusz­ka – z tą jest go­rzej:
Blada, Chuda, ne peut pas dormir. "

„A to fe­ler” –

Westchnął seler.

Bu­rak stro­ni od ce­bu­li,
Et l'oignon se sentait près de lui:

"Mon Buraku, mój czer­wo­ny,
N'aimeriez-vous pas une telle femme ??"

Burak Tylko nos zatyka:
"Allez, madame, partez plus tôt.",

je veux une femme betterave,
Parce que devant toi ils pleurent tous."

„A to fe­ler” –
Westchnął seler.

Soudain, la voix du haricot se fait entendre:
« Où vas-tu ici ??!"

"Ne sois pas si gentil avec moi" -
les choux de Bruxelles c'est pareil.

„Widzieliście, quel sang!" -
La carotte est rayée.

"Laissons le chou nous juger!"
"Co, kapusta?! Głowa pusta?!"

Un kapusta rzecze smutnie:
„Moi dro­dzy, po co kłót­nie,

Pourquoi tes querelles stupides,
Wnet i tak zgi­nie­my w zu­pie!"

„A to fe­ler” –
Westchnął seler.